OSTEOPATHIE FERTILITÉ
simbolo-mujer.jpg
simbolo-hombre.jpg

A chaque rapport sexuel lors de la période d'ovulation de la femme, un couple a 25% de chance de concevoir un enfant, et malheureusement plus l'âge avance plus les cas d'infertilité sont fréquents.

Il faut bien dissocier le terme de stérilité de celui d’infertilité. Dans le premier cas il s’agit d’une impossibilité totale, et généralement médicale, de pouvoir procréer. Le second traduit des difficultés à concevoir. C’est bien dans ce dernier cas que l’ostéopathie peut entrer en jeu et être bénéfique.

Le problème peut être présent soit du côté de la femme, soit de l'homme ou parfois des deux. Lorsque qu'aucun traitement médical ou chirurgical n'est indiqué, ou que l'infertilité est inexpliquée (c'est à dire qu'il n'y a pas de cause médicale) l'ostéopathie peut alors être une solution pour palier à cette infertilité.

Chez la femme:

Il existe des fois des tensions musculaires, ligamentaires, le bassin osseux qui peuvent perturber  le fonctionnement de la zone gynécologique : utérus, ovaires, trompes et l’ensemble des tissus autour provocant une manque de mobilité des estructures et des tissus. Elles peuvent être dues à une chute importante même ancienne, à un accident de la route, à un choc traumatique émotionnel, à l'endométriose, à une infection ayant entraîné l'obstruction d'une (ou des deux) trompe(s), à un problème lié à la glaire cervicale, à des cicatrices chirurgicales, etc.

 

Le cycle de la femme est un équilibre fragile gouverné par des mécanismes dépendant à la fois du système nerveux, du système hormonal et du psychisme et il peut donc être déréglé. Il existe des causes centrales (Hypophyse et Hypothalamus qui se trouvent dans la boîte crânienne) et des causes périphériques (utérus, ovaires, trompe, ligaments, etc.). Dans les deux cas elles ont très souvent une origine mécanique.

C’est justement lorsque l’infertilité a une ou plusieurs causes mécaniques aussi appelées infertilités fonctionnelles que la prise en charge ostéopathique a un vrai intérêt.

Le stress joue un rôle très important aussi:​ ce ne pas le stress aiguë temporaire qui nos intéresse (examen à passer, entretien d'embauche, etc.), mais bien des stress qui nous ont forcés à nous adapter et que nous ne percevons donc plus forcément comme responsables de l'infertilité. Ces stress peuvent être alimentaires via des intolérances, mais ils peuvent aussi être des chocs émotionnels ou physiques passés mais ayant laissé des séquelles, une famille instable ou présentant des carences affectives, des agressions sexuelles, un manque de sommeil, un harcèlement au travail, la pollution, des affections virales, etc. Le but avec l'ostéopathie est de débusquer la ou les cause(s) de stress afin de rééquilibrer l'organisme pour revenir à des niveaux hormonaux optimaux.

Chez l'homme: 

La prise en charge ostéopathique peut concerner les hommes si le spermogramme montre des déficits. Même si très peu de patients ont ce type de demande, ça serai pertinent un travail ostéopathique axé sur l'axe hypothalamo-hypophysaire, ainsi que ses répercussions sur le fonctionnement des glandes surrénales, des sécrétions de testostérone et d’œstrogènes, un potentiellement déséquilibre de la thyroïde. L'amélioration de la vascularisation du petit bassin, en particulier des artères testiculaires issues de l'aorte abdominale, pourrait améliorer la spermatogenèse. Par contre, l'azoospermie (absence totale de spermatozoïdes dans le sperme) ou la nécrospermie (nombre important de spermatozoïdes morts dans le sperme) ne seront pas améliorées par l'ostéopathie. 

 

Il en est de même chez les couples en cours d'assistance médicale à la procréation (AMP). Afin d'obtenir le résultat attendu, la femme peut réaliser une séance d'ostéopathie afin que son corps soit dans les meilleures conditions pour recevoir l'embryon.

Quant à la prise en charge durant le parcours de PMA, elle se fait en fonction de la problématique de départ : l'ostéopathie vient soutenir ou améliorer ce qui doit être stimulé par des médicaments. 

L'ostéopathie peut tout particulièrement donner un gros coup de pouce en cas de cycles anarchiques suite à l'arrêt de la pilule, d 'ovaires polykystiques, de séquelles d' IVG, d' IMG, de fausses - couches avec médicalisation de l'expulsion.